La Dyslexie Chez l'Enfant

La dyslexie est un trouble de lecture et d’écriture spécifique et durable de l’apprentissage (TSA) d’origine neurologique ou génétique qui touche jusqu’à 10% des enfants.

Il s’agit d’un déficit du langage écrit où l’enfant présente une difficulté à identifier les lettres, les syllabes ou les mots.

Comment reconnaitre la dyslexie ?

Comment identifier la dyslexie ?

Que veut dire « dyslexique » ?

La dyslexie se caractérise par des difficultés à déchiffrer le langage écrit et ce depuis le très jeune âge de l’enfant. Cependant, le diagnostic ne peut se faire qu’après 18 mois d’apprentissage de la lecture (au cours du CE1).

Ce trouble se révèle par le fait de confondre et inverser les sons et les lettres, une écriture illisible et des fautes d’orthographe. Toutefois, l’entourage familial et scolaire peut repérer les difficultés de l’enfant par son manque de concentration et d’attention, d’où l’importance d’établir un bilan orthophonique complet.

Un enfant dyslexique souffre d’un dysfonctionnement qui affecte sa capacité à décoder le langage écrit.

     

Le diagnostic de la dyslexie

 

Les symptomes de la dyslexie ?

L’enfant qui souffre de dyslexie n’a pas la capacité de faire le lien entre le langage oral et le langage écrit puisqu’il ne comprend pas la façon dont il faut procéder pour lire. Ceci dit, on ne peut parler de dyslexie avant l’entrée scolaire malgré que certains signes puissent apparaitre bien avant, en particulier le retard de langage.

Ci-dessous quelques symptômes perceptibles chez les dyslexiques :

  • Retard dans l’apprentissage de la lecture.
  • Vocabulaire relativement pauvre
  • Inversion et confusion entre les lettres, les syllabes et les mots
  • Difficulté à se repérer dans l’espace et le temps
  • Manque d’attention et de concentration
  • Ecriture lente et illisible

Comment détecter la dyslexie chez l’enfant ?

Un dépistage précoce est conseillé afin de confirmer l’existence ou non des difficultés de langage. C’est pour cela qu’il faut demander à votre médecin une prescription d’un bilan orthophonique complet. Seul un médecin spécialisé dans les troubles « dys » peut poser le diagnostic.

Comment déceler la dyslexie chez l’enfant ?

La dyslexie peut se présenter de plusieurs façons, l’enfant peut par exemple confondre les lettres (m/n ;  b/d), les mots semblables (pomme/pompe). Il peut aussi avoir la difficulté à associer les lettres écrites aux sons correspondants (ph/f), comme il peut inverser les lettres (lion/loin). De même, il maitrise mal les règles de lecture (viser/visser) ainsi que les sons complexes (ail/euil/eil/ouil) ce qui nuit à l’apprentissage scolaire.

Comment savoir si mon enfant est dyslexique ?

On ne peut parler de dyslexie avant l’âge de scolarité de l’enfant plus précisément après 18 mois d’apprentissage de la lecture (début du CE2). Toutefois, il est nécessaire d’éliminer les difficultés de lecture dues à un problème auditif, trouble de la vue, trouble de l’élocution, troubles intellectuels ou neurologiques ainsi que les cas de scolarisation défavorisée.

Un enfant en bas âge peut présenter des symptômes pouvant laisser penser qu’il va souffrir de dyslexie, c’est pour cela qu’un dépistage précoce est favorable afin de prévenir les échecs scolaires.

Comment se présente la dyslexie ?

L’enfant dyslexique présente des difficultés à déchiffrer et à transformer le langage, une perte dans l’espace et le temps, confusion du haut avec le bas et la droite avec la gauche, difficultés de concentration et de mémorisation, ainsi que des problèmes d’organisation personnelle (cartable, trousse, …).

Les types de dyslexie

 

Il existe trois types de dyslexie et chaque forme a ses propres symptômes :

La dyslexie phonologique

Considérée comme la forme la plus répandue,les enfants atteints de ce trouble ont des difficultés à analyser les mots et donc des difficultés à fusionner les sons pour former les syllabes ou l’inverse (fusionner les syllabes pour former les mots).

Par conséquent, l’enfant trouve des difficultés dans la lecture et l’écriture mais aussi dans la mémorisation et la concentration.

La dyslexie de surface

Cette forme est caractérisée par une lecture relativement lente car les enfants atteints de ce type de dyslexie éprouvent des difficultés pour reconnaitre les mots irréguliers et pour avoir une présentation précise de ces mots (par exemple : femme, album, monsieur).

Ce type de dyslexie est généralement accompagné d’une dysorthographie de surface, car bien que la forme phonologique du mot soit respectée mais l’orthographe n’est pas correcte. Par exemple, le mot « aquarium » est écrit « acoiriome ».

La dyslexie mixte

Les enfants souffrant de ce type de dyslexie sont considérés comme les cas les plus sévères car les deux voies de lecture (phonologique et lexicale) sont touchées.

Les causes de la dyslexie

 

Description et origine de la dyslexie :

Malgré plusieurs études menées pour essayer de comprendre l’origine de la dyslexie et qui suggèrent qu’elle provient d’un problème de mauvaises connexions dans le cerveau, aucune n’est parvenue à lever le voile clairement sur ce mystère. Une chose est sûre, l’enfant naît dyslexique et ne le devient pas.

D’où vient la dyslexie ?

Les causes de la dyslexie restent à ce jour méconnues bien que nombreuses hypothèses ont été formulées. La plus connue et privilégiée reste la prédisposition génétique étant donné que plus de 50% des personnes dyslexiques ont des antécédents familiaux.

Peut-on considérer la dyslexie comme une maladie ?

La dyslexie n’est en aucun cas une maladie, mais bien un trouble de la fonction du langage écrit. Par conséquent, elle n’a donc pas de remèdes, mais seulement des méthodes pour la corriger et atténuer ses répercussions.

Cette solution est le mixage phosphénique.
Elle est basée sur des techniques neuro-pédagogiques développées par le Dr LEFEBURE.

Profitez-en !

Formation
au
Mixage Phosphénique

Le traitement de la dyslexie

 

Repérage et dépistage :

L’enseignant joue un rôle très important dans la chaîne de repérage des enfants dyslexiques car il est l’une des premières personnes à constater des difficultés d’apprentissage chez les élèves surtout en maternelle. De ce fait, il est important de faire un dépistage précoce car cela permettra d’anticiper des difficultés et retards scolaires.

Si un enfant est susceptible d’avoir un risque de dyslexie, un professionnel de santé (médecin scolaire ou psychologue) doit le prendre en charge afin d’établir un diagnostic qui permettra par la suite de vérifier l’hypothèse posée lors du dépistage.

Diagnostic et prise en charge :

Le diagnostic de la dyslexie ne peut être établi que si un repérage et un dépistage ont été faits, c’est-à-dire après au moins 18 mois de lecture.

Ce diagnostic est réalisé par une équipe pluridisciplinaire composée d’un orthophoniste, d’un psychologue et d’un médecin scolaire.

Après le diagnostic vient la prise en charge qui consiste à faire des séances de rééducation orthophonique. Le nombre de séances dépend de la gravité du trouble chez le patient.

Sans oublier que plus la dyslexie est diagnostiquée tôt, mieux elle peut être corrigée.

Peut-on soigner la dyslexie ?

On ne peut soigner entièrement une dyslexie, mais avec les prises en charge rapides et adéquates, l’enfant dyslexique peut poursuivre une scolarité normale et surmonter son handicap.

Comment remédier à la dyslexie ?

Comme cité précédemment, la dyslexie peut être considérée comme l’une des causes principales du retard ou l’échec scolaire. Les parents ne parviennent pas à trouver des solutions adaptées au trouble de l’enfant. Pourtant, Une solution existe et permet à ce dernier de vaincre ce trouble en un temps record.

Cette solution est le mixage phosphénique. Elle est basée sur des techniques neuro-pédagogiques développées par le docteur Francis LEFEBURE. Le traitement se fait directement au niveau du cerveau dans le but d’améliorer la mémoire, la créativité et la concentration à travers des réactions physiologiques.

Les enseignants, les pédagogues et les neuro-pédagogues utilisent cette méthode avec de remarquables succès afin de remédier au trouble d’apprentissage. La réussite de l’enfant dans le domaine scolaire devient facile grâce à l’application de ces techniques. Le mixage phosphénique permet une meilleure compréhension et une bonne retenu des leçons, offre plus d’idées pour la rédaction, facilite la mémorisation des nouveaux mots et des constructions grammaticales ainsi qu’une parfaite évolution dans d’autres matières comme les mathématiques, la philosophie, la physique, la chimie…

En Bref, la méthode du docteur LEFEBURE est facile à utiliser. Elle peut être appliquée pour toutes les matières scolaires et à tout âge. Elle permet de faire des économies considérables en temps et en argent, et offre à l’enfant dyslexique la possibilité de faire des études à son rythme en maintenant une évolution constante dans son développement personnel.

Les troubles associés à la dyslexie

 

  Dans la majorité des cas, la dyslexie ne survient pas seule. On remarque des déficits associés tels que :

La dysorthographie

La dysorthographie est un trouble d’apprentissage durable caractérisé par un défaut d’assimilation important des règles d’orthographe.

Elle résulte le plus souvent d’un trouble de l’apprentissage comme la dyslexie. Cela dit, il existe également des cas isolés de dysorthographie sans dyslexie.

La dyscalculie

La dyscalculie est un trouble spécifique du développement affectant les activités logico-mathématiques.

Les enfants qui souffrent de la dyscalculie ont des difficultés à traiter les nombres, à reconnaître les chiffres, à mémoriser les tables (addition, soustraction, multiplication et division), à calculer et à comprendre le sens du nombre et percevoir les quantités.

La dysphasie

La dysphasie est un trouble spécifique, sévère et durable du langage oral qui entraîne un déficit sévère et durable de la communication orale et verbale.

L’enfant dysphasique parle tard et mal car il n’acquiert pas naturellement le langage. Il convient aussi de noter que tout retard dans le développement du langage oral ne signifie pas forcément qu’il s’agit d’une dysphasie.

La dyspraxie

La dyspraxie est un trouble du mouvement qui se distingue par l’incapacité totale ou partielle d’exécuter des gestes volontairement ou de manière automatique. Elle concerne principalement le geste, non dans son intention, mais dans sa réalisation.

La dyspraxie n’est pas liée au développement intellectuel de l’enfant et certains ont d’ailleurs un haut potentiel intellectuel. Cependant, l’enfant dyspraxique aura souvent du mal à s’habiller, à faire sa toilette, à tenir ses couverts, à coordonner ses gestes et donc à apprendre par exemple le vélo. Il se fatigue vite, a du mal à fixer son regard, ses gestes sont lents et maladroits, et est souvent isolé des autres et manque de confiance en lui.

La dysgraphie

La dysgraphie est un trouble du geste de l’écriture, elle se traduit par des anomalies de la conduite du trait dans l’écriture, entraînant des difficultés de coordination, des irrégularités d’espacements entre les lettres et les mots, et des malformations des lettres. L’écriture est donc lente et difficilement lisible.

Le trouble déficitaire de l’attention et l’hyperactivité

Le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un trouble du neuro-développement qui se caractérise principalement par trois symptômes : l’inattention et le manque de concentration, l’hyperactivité et l’impulsivité.

Les enfants atteints de ce trouble ne sont pas capables de prêter attention, semblent ne pas écouter quand on leur parle, ont des difficultés à faire leurs devoirs. Aussi, ils ont tendance à remuer les mains ou les pieds ou à manipuler un objet sans arrêt, parlent trop et ont du mal à attendre leurs tours.

Les difficultés scolaires dont souffrent la plupart des enfants avec un TDAH sont fortement liées aux troubles du comportement ou au déficit d’attention, mais pas à un manque d’intelligence.

Les conséquences de la dyslexie

Bien que la dyslexie soit un trouble « invisible » mais ses conséquences sur l’enfant sont très lourdes surtout si la prise en charge n’a pas été faite à temps. Il s’agit non seulement des difficultés (ou l’incapacité) de lecture et d‘écriture qui peuvent mener à l’illettrisme mais des dommages collatéraux notamment l’absence de la confiance en soi et l’estime de soi, le sentiment de honte et de l’anxiété.

Se sentant dévalorisées et rejetées, les personnes concernées ont tendance à s’isoler socialement avec un risque plus marqué de dépression.

Dyslexie et Scolarité

La dyslexie est un handicap qui peut grever lourdement la vie des personnes atteintes. Elle est une des principales causes de l’échec scolaire et plus tard, de l’échec professionnel et social.

Dès lors que la dyslexie touche essentiellement la lecture et l’orthographe, ceci impacte tous les apprentissages où l’écrit intervient et l’enfant dyslexique se retrouve donc face à des difficultés de compréhension de toutes les leçons (consignes, textes de problèmes,…). S’ajoute à cela, Le langage qui reste souvent pauvre, le travail qui se fait lentement et rend  très difficile pour cet enfant de bien intégrer le discours des autres et entraîne un désintéressement pour tout ce qui oblige un effort de lecture.

Profitez-en !

Formation au Mixage Phosphénique
Souscrire